Make your own free website on Tripod.com

La pratique

L’Aïkido ne s’explique pas, elle se pratique. Tout comme un enfant qui apprend à marcher, l’apprentissage est graduel et valorisant. Au fur et à mesure que nous progressons, on acquière la souplesse, la forme physique et mentale, l’harmonie entre nous et nos partenaires.

 Shôbukaï est le respect de l’art martial, donc notre pratique doit se faire dans l’esprit martial. Sinon, sans cette cet esprit, l’Aïkido n’est plus un art martial..

 Aïkido Shôbukaï est l’harmonie des énergies au sens le plus large du mot. Le pratiquant essai continuellement, par des enchaînements de techniques, de contrôler son partenaire (agresseur) en le suivant ou en le devançant, sans mal, sans force et surtout sans déplacement inutile.

 L’enchaînement fait partie intégrante d’Aïkido Shobukaï. Tout comme dans les arts martiaux  traditionnels (judo,karate,kendo) l’enchaînement est enseigné toujours dans la perspective d’une éventuelle résistance à la technique, ou à une contre-attaque imprévue. Il faut toujours éviter de croire que notre partenaire (agresseur) est amorphe et qu’il ne peut résister à notre technique.

 Le pratiquant évolue à son rythme en fonction de son âge, son sexe, son anatomie, ses capacités physiques et mentales. Les débutants ne pratiquent jamais ou presque jamais ensembles. Les cours sont mixtes ( femmes/hommes, débutants/avancés) et sont orientés dans le plus grand respect de l’étiquette du Budo.